L’on peut définir une méthode comme étant les moyens dont on se sert, ou les étapes suivies, pour atteindre les objectifs. Chaque fois qu’elle est partie intégrante  d’un mouvement ayant un certain  nombre de principes; comme c’est le cas pour le scoutisme, la méthode doit être fondée sur ces principes.

La méthode scoutes peut être définie comme étant « un système d’autoéducation progressive fondé sur ;
– Une promesse et une loi.
– Une éducation par l’action.
– Une vie en petits groupes (par exemple la patrouille), comprenant avec l’aide d’adultes qui les conseillent, la découverte et l’acceptation progressives par les jeunes des responsabilités et la formation à l’autogestion tendant au développement du caractère, à l’accès à la compétence, à la confiance en soi, au sens du service et à l’aptitude aussi bien à coopérer qu’à diriger.
– Des programmes progressifs et attrayants d’activités fondées sur centres d’intérêt des participants et comportant des jeux, des techniques utiles et à la prise en charge des services à la communauté, ces activités se déroulant principalement en plein air, en contact avec la nature.
 »

Ainsi, la méthode scoute est un système d’autoéducation progressive que l’on atteint par la combinaison d’éléments décrits ci-dessous.

Avant  d’examiner ces éléments il faut souligner le concept clé dans la définition de la méthode scoute. Ce concept est le système d’autoéducation progressive qu’est la méthode scoute.

Le fait qu’elle soit un système implique qu’elle doit être conçue comme un groupe d’éléments interdépendants formant un tout cohérent. C’est la raison pour laquelle le mot méthode est au singulier et non au pluriel. Car,  si chacun des éléments qui la composent peut être considéré comme une méthode en elle-même (et sont, en fait, considérés comme tel par d’autres mouvements), nous ne pouvons parler de Méthode scoute que lorsque tous ces éléments sont alliés en un système pédagogique cohérent. Ce système est basé sur idée d’ autoéducation progressive.

 

UNE PROMESSE ET UNE LOI

Le premier élément de la méthode de Scoute est une promesse est une loi.  Il a déjà été précisé que la promesse et la loi représentent  l’outil de base pour la formulation des principes du Mouvement scout. Ici, toutefois,  il ne sera pas tellement  question des principes éthiques que contiennent la promesse et la loi, mais plutôt de leur rôle en tant que moyen pédagogique. A travers la promesse et la loi,  un jeune prend,  de son plein gré, un engagement personnel par un code de comportement et il accepte,  devant un groupe de paires,  la responsabilité d’être fidèle à la parole donnée. L’identification permanente avec ses valeurs éthiques,  ainsi que l’effort soutenu de vivre selon ses idéaux au lieu de ses possibilités (*faire tout son possible*) constitue par conséquent un instrument particulièrement puissant dans le développement des jeunes.

 

UNE ÉDUCATION PAR L ACTION

Un autre élément fondamental de la méthode de Scout est le concept de l’éducation active, ou plus simplement l’ éducation par l’action,  qui est devenu la pierre angulaire de l’éducation moderne. Ce concept apparaît au travers des écrits du Fondateur qui a systématiquement souligné que, « le garçon est toujours prêt à faire plutôt qu’à assimiler« .(1)

L’idée dans le scoutisme qu’apprendre doit se faire par l’observation, l’expérimentation et l’activité personnelle fut louée par la Doctoresse Maria Montessori, une des plus grandes autorités dans le domaine de la pédagogie active. Alors qu’on lui demandait une fois comment son système pourrait s’appliquer aux enfants ayant dépassé six ou sept ans,  la Doctoresse Montessori répondit: « En Angleterre, vous avez les scouts; leur formation et la suite naturelle de ce que je donne aux enfants ».(2)

Un programme qui n’est pas fondé sur le concept de l’éducation par l’action ne peut pas être considéré comme un programme scout.

UNE VIE EN PETITS GROUPES

Le système de vie en petits groupes (par exemple le système des patrouilles) est un troisième élément fondamental de la Méthode scoute. L ‘avantage de la vie en petits groupes en tant que moyen de préparer les jeunes à la vie en société – c’est-à-dire, faciliter leur intégration dans la vie sociale a depuis longtemps été reconnu comme tel par les sciences sociales. À cet égard,  il est un fait notoire que, dans les groupes de paires, les relations s’effectuent au niveau primaire. Le nombre restreint de gens,  le caractère durable de la relation, l’identification de tous les membres du groupe avec les objectifs,  la connaissance approfondie d’autres personnes dans le groupe, l’appréciation mutuelle au sein du groupe, s’alliant à un sentiment de liberté et de spontanéité,  et le fait que le contrôle social soit exercé de manière informelle,  sont tous les éléments qui offrent une atmosphère idéale pour les jeunes qui traversent la phase de transformation aboutissant à l’état adulte.

Ce fonctionnement en petits groupes offre ainsi aux jeunes des opportunités de découvrir et accepter progressivement l’idée de responsabilité et les forme à l’autogestion. Ceci facilite le développement du caractère des jeunes et leur permet d’acquérir une certaine compétence, la confiance en soi, le sens du service et l’ aptitude aussi bien à coopérer qu’à diriger.

Le rôle des adultes dans le processus ci-dessus est un rôle de conseiller. Il consiste à aider les jeunes à prendre conscience de leurs possibilité d’assumer les responsabilités dans la vie sociale. Le rôle des adultes ne devrait pas être conçu comme un rôle de contrôle, puisque les jeunes ne peuvent s’épanouir totalement que dans un climat de respect et d’appréciation de leur personnalité. Lorsque réellement mise en pratique, cette relation entre les jeunes et adultes comble un besoin essentiel de la société, moderne, car elle offre un terrain pour le dialogue et la coopération entre les générations.

 

DES PROGRAMMES PROGRESSIFS ET ATTRAYANTS

Les trois éléments de la méthode scoute mentionnés ci-dessus trouve leur expression concrète dans un programme scout,  qui représente la totalité des activités pratiquées par les jeunes dans le scoutisme.  Ce programme doit être conçu comme un tout cohérent et non pas comme un regroupement de diverses activités n’ayant pas de liens entre elles. Cette caractéristique fondamentale du programme constitue le quatrième élément de la Méthode scoute.

Le programme scout doit être par conséquent être conçu d’une manière progressive, afin de répondre aux besoins d’un développement graduel et harmonieux des jeunes. Le système des brevets (ou épreuves graduées,  système de progression,  etc) représente un outil permettant de réaliser cette progression.

Pour atteindre ses objectifs, un programme doit aussi être attrayant afin de plaire à ceux auxquels il s’adresse.  A cet égard, le programme devrait être constitué d’une combinaison harmonieuse d’activités variées qui sont fondées sur les centres d’intérêt des participants;  si cet aspect est pris en considération lors de l’élaboration du programme, il représente une des meilleures garanties de succès.

Les jeux, les techniques utiles et la prise en charge de service à la communauté sont, dans la combinaison d’activités variées, trois domaines majeurs donc il faudrait tenir compte lors de l’élaboration d’un programme. Une combinaison harmonieuse d’activités tombant dans ces trois domaines constitue le meilleur moyen d’assurer que le programme atteigne ses objectifs pédagogiques.

Dès la création du scoutisme, la nature et la vie en plein air ont été considérées comme constituant le cadre idéal pour les activités scoutes. Le Fondateur attachait une très grande importance à la nature. En effet,  il a donné à son livre « Éclaireurs » le sous-titre de « Manuel de formation au civisme par la science des bois (woodcraft)« ,  et il a défini la science des bois comme étant « la connaissance des animaux et de la nature ».(3)

L’importance qu’attachait Baden-Powell à la nature n’était pas seulement pour les bienfaits qu’offre la vie en  plein air  pour les bienfaits qui offre la vie en plein air pour le développement physique des jeunes.

Ainsi,  du point de vue du développement intellectuel,  les nombreux défis que présente la nature stimulent les capacités créatives des jeunes et leur permet de parvenir à des solutions sur la base de combinaisons d’éléments que la vie surorganisée dans la plupart des villes n’aurait jamais pu leur offrir.

En outre, du point de vue du développement social, le partage du danger et de l’événement,  ainsi que l’affrontement commun des besoins vitaux créent un lien puissant entre les membres du groupe et leur permet de comprendre parfaitement la signification est l’importance de la vie en société

Enfin, la nature joue un rôle fondamental dans le développement spirituel des jeunes;  selon les propres termes du Fondateur:  « les athées prétendent qu’une religion que l’on doit apprendre dans les livres écrits par les hommes ne saurait être une religion. Mais ils ne semblent  pas réalisé qu’à côté des livres écrits, Dieu nous a donné a lire le grand Livre de la Nature. Et ils ne peuvent mettre ce dernier en doute;  les faits parlent. Je ne suggère pas que l’Étude la Nature puisse remplacer la religion; je veux seulement signaler que, dans certains cas, comprendre la Nature, c’est faire un pas vers la connaissance de Dieu« .(4)

Baden-Powell exprime, par conséquent, son étonnement que « tant de  maitres aient ignoré ce moyen d’éducation tellement simple et infaillible qu’est l’étude de la Nature est se soient efforcés d’imposer l’instruction religieuse comme première étape de la découverte, par les garçons turbulents et plein de vie, des choses spirituelles« .(5)

Par conséquent, chaque fois que cela est possible, les activités scoutes devraient se dérouler en plein air, en contact avec la nature, puisqu’elle présente l’environnement idéal pour le développement harmonieux et complet des jeunes.

 

—————————————————————————————

(1) Aids to Scoutmastership  World Brotherhood Edition, Londres, 1949, p.90 traduit de l’anglais

(2) Ibid édition de 1919, p.21

(3) Scouting for Boys édition de 1908 p.82

(4) Rovering to Success  édition de 1930, p.181

(5) Aids to Scoutmastership 4e tirage  n.d. p96