Le Mouvement scout est défini comme étant « un mouvement édu­catif pour les jeunes, fondé sur le volontariat; c’est un mouvement à caractère non politique, ouvert à tous sans distinction d’origine, de race, ni de croyance, conformé­ment aux but, principes et méthode tels qu’ils ont été conçus par le Fondateur et formulés ci-dessous« .

Il faut noter, tout d’abord, qu’il n’est pas possible d’exprimer tous les aspects du Mouvement scout dans un énoncé unique et indé­pendant. La dernière phrase de la définition donnée ci-dessus recon­naît ceci et met l’accent sur le fait que les but, principes et méthode conçus par Robert Baden-Powell, le Fondateur du Mouvement scout, sont une part intégrante de la définition. Ils feront l’objet d’un examen plus détaillé dans les paragraphes suivants. Les mots clés utilisés dans la définition, qui ex­priment les principales caractéris­tiques du Mouvement, sont briè­vement expliqués ci-dessous.

Le mot Mouvement signifie une série d’activités organisées visant un objectif. Un mouvement implique donc un objectif à atteindre et une certaine organisation permettant d’y parvenir.

Le fait que le scoutisme soit fondé sur le volontariat souligne que l’adhésion est librement consentie par ses membres, parce qu’ils ac­ceptent les principes fondamen­taux du Mouvement, Cette remar­que s’applique aussi bien aux jeunes qu’aux adultes.

En sa qualité de mouvement d’éducation, le scoutisme est un mouvement non politique dans le sens qu’il n’est pas impliqué dans la lutte pour le pouvoir qui constitue le point central en politique et qui, normalement, est reflétée dans le système des partis politiques. Ce caractère non poli­tique est une condition requise par la Constitution pour toutes les associations nationales et constitue une caractéristique fondamentale du Mouvement. Ceci ne signifie toutefois pas que le scoutisme soit complètement isolé des réalités politiques au sein d’un pays donné. En premier lieu, c’est un mouve­ment dont le but est d’aider les jeunes à devenir des citoyens responsables; cette éducation civi­que ne peut pas s’effectuer sans une prise de conscience des réalités politiques au sein d’un pays. En second lieu, c’est un mouvement qui est fondé sur un nombre de principes, lois et croy­ances fondamentales, qui influent sur les choix politiques des membres du Mouvement.

Le scoutisme est défini comme étant un mouvement d’éducation. C’est là sans aucun doute sa caractéristique essentielle, raison pour laquelle elle fait l’objet d’un examen plus détaillé ci-dessous.

L’éducation, dans le sens le plus large du terme, peut être définie comme étant un processus visant à la la pleine réalisation des capacités d’un individu. Il faut donc clai­rement distinguer le scoutisme d’un mouvement purement récréatif, image que le scoutisme tend à donner dans certaines parties du monde. Malgré l’impor­tance que revêtent les activités récréatives dans le scoutisme, elles sont conçues comme un moyen pour atteindre une fin et non pas comme une fin en elles-mêmes.

Il faut également distinguer l’é­ducation du processus d’acqui­sition de connaissances ou techniques particulières. L’édu­cation, telle que définie ci-dessus, implique le développement. des capacités intellectuelles « apprendre à savoir » et le développement d’attitudes « apprendre à être« , alors que ce processus d’acquisition de connaissances ou techniques parti­culières est connu sous le titre « apprendre à faire« . Si les deux aspects sont fondamentaux au scoutisme, le processus d’acqui­sition de connaissances et tech­niques particulières constitue un moyen pour atteindre une fin, celte fin étant l’éducation. Selon les propres termes du Fondateur: « Ici se trouve le but le plus important dans la formation du scout – éduquer; non pas instruire, remarquez, mais éduquer, c’est-à-dire amener le garçon à apprendre lui-même et de son propre désir les choses qui tendent à former son caractère.« [1]

L’on associe normalement le mot éducation au système scolaire qui ne représente toutefois qu’une forme d’éducation, Selon l’UNESCO l’on peut distinguer trois types d’éducation:

L’éducation formelle est le système éducatif structuré hiérarchiquement, allant graduellement et chronologiquement de l’école primaire à l’université.

L’éducation informelle est le processus à vie par lequel chaque individu acquiert des attitudes, des valeurs, des techniques et des connaissances au travers des expériences de tous les jours et des influences et ressources éducatives dans son environnement.

L’éducation non formelle est constituée par l’activité éducative organisée hors du cadre du système formel établi et dont le but est de servir une audience bien précise et des objectifs bien définis.

Le scoutisme appartient au troisième type d’éducation car, tout en se déroulant hors du cadre du système d’éducation formelle, c’est une institution organisée ayant un but éducatif et s’adressant à un public prédéterminé.

Le scoutisme s’adresse aux jeunes; c’est un mouvement pour les jeunes au sein duquel le rôle des adultes consiste à assister les jeu­nes dans la réalisation des objectifs du scoutisme. Bien qu’il existe des tendances générales en ce qui concerne les tranches d’âge pour Ies jeunes dans le Mouvement, aucune règle stricte et bien définie ne régit ce sujet, et chaque orga­nisation scoute nationale détermine quelles tranches d’âge elle va appliquer.

Le scoutisme est ouvert à tous sans distinction d’origine, de race, de classe ni de croyance, Ainsi, un des préceptes fondamentaux du Mouvement est le principe de la non discrimination, à condition que la personne adhère de son plein gré aux but, principes et méthodes du Mouvement scout.

——————————————————————————————————————–

[1] Robert Baden-Powell Aids to Scoutmastership Londres, n.D.(1919), p.-13  Traduit de l’anglais